Mosquito tueur en Sardaigne: 4 morts de la fièvre du Nil

En Sardaigne, il y avait 4 décès dus au moustique de tueur, ce qui provoque l'apparition d'une maladie appelée fièvre du Nil
tueur moustiques nile fièvre Sardaigne

En Sardaigne tueur de moustique Il est à l'origine une certaine inquiétude, en raison de la propagation d'une épidémie, où il est appelé le la fièvre du Nil. L'alerte a pris depuis 2008, mais le virus Il semble être arrivé Septembre dernier, dirigé par des flamants roses. Les insectes qui pointent flamants ont propager l'infection, qui a conduit à la mort de certains animaux et même fait quatre victimes parmi les hommes. Parmi les morts, il y avait aussi un homme de 35 ans, ce qui était un cas particulier, car, généralement, la maladie affecte principalement personne âgée qui ont la maladies.


Les experts expliquent que la fièvre du Nil ne peut être transmis de personne à personne, mais il y a eu alarmisme. En hiver 'infection n'a pas très bien réparties pour les basses températures, bien que pour l'instant la contagions Ils semblent avoir cessé, mais vous ne pouvez pas prédire ce qui arrivera avec l'arrivée de l'été.

Entre autres choses, nous ne devons pas oublier que maladie est assez subtile, parce que dans 80% des cas ne manifestent des symptômes spécifiques, dans 20% est engagée dans la fièvre et 1% manifeste symptômes neuroinvasivi, où ils se trouvaient plus en Vénétie.

En fait, même dans cette région, en Lombardie et Emilie-Romagne, il y a eu des cas de fièvre du Nil, dont le virus est directement à partir de l'Afrique.

La seule façon de lutter contre l'infection est le lutte contre les insectes la mise en œuvre sur une base régulière, car il n'y a pas de vaccin pour les humains, mais pour les animaux. Et en Sardaigne étaient juste des agriculteurs qui ont pris en charge les frais pour le vaccin à administrer aux chevaux.

Pour le moment, nous ne pouvons pas parler d'une situation d'urgence, parce que nous sommes dans une période de l'épidémie silencieuse, les autorités ne veulent toujours pas à sous-estimer.