Les symptômes à reconnaître les principales maladies vénériennes

Sommaire de l'article
Les maladies vénériennes sont des maladies infectieuses qui ont contracté principalement par infection directe pendant les rapports sexuels
Les symptômes à reconnaître les principales maladies vénériennes

SOS maladies vénériennes? Qui n'a jamais craint qu'une légèreté aussi pourrait réserver une mauvaise surprise, comme un maladie vénérienne? On ne se lasse de dire oui à sexe, mais à la condition qu'il est sûr! Plusieurs, en fait, sont des maladies qui peuvent être transmises par rapports sexuels non protégés (Y compris le VIH). Pour cette raison, nous avons posé quelques questions à dr. Gianfranco Blaas, spécialiste en gynécologie, qui nous a aidés à comprendre quels sont les risques et comment reconnaître le début symptômes d'un trouble vénérienne.

Quand on parle de maladies vénériennes, et ce que l'on entend par ce terme?

Dans le domaine médical, nous avons l'intention de maladie vénérienne maladie ou une maladie infectieuse qui se transmet principalement par l'infection directe, au cours des activités sexuelles, y compris les rapports sexuels oraux ou anaux sexuellement transmissibles.
appels"vénériennes" en mémoire de Vénus, qui était connue comme la déesse de la beauté et l'amour "libre" (c.-à-amour sans règles) sont-ils. Ces maladies peuvent être liées à la présence de virus (par exemple le SIDA), les microbes (syphilis), les champignons (candida albicans) Ou parasites (Les poux du pubis).

MST peuvent être transmises par des rapports sexuels non protégés, ou il y a un autre mode de transmission?

La transmission des "agents" qui déterminent la maladie est principalement liée à contacter "sang-sang", qui est, à travers les zones muqueuses (la plupart du temps) ou de la peau, qui présentent des solutions de continuité (petites abrasions ou des ulcères) qui permettent cette contact direct, sans la protection de la peau saine ou sans la protection des moyens mécaniques (tels que les préservatifs). Théoriquement, Les maladies sexuellement transmissibles peut également résulter d'un contact avec des objets contaminés, mais l'événement, en particulier en ce qui concerne les virus (qui vivent bien seulement quand ils grandissent dans des cellules animales) est beaucoup plus difficile par rapport à un contact direct. Cependant, au-dessus certains champignons, comme le candidose (Avec diverses sous-espèces) résiste bien même dans l'environnement extérieur, il est donc souhaitable que les objets liés à l'hygiène personnelle (serviettes, brosses à dents, etc. Etc..) sont réellement utilisés par une seule personne.


Quelles sont les maladies vénériennes les plus courantes?

Quand on parle de maladies vénériennes, Habituellement, il ne concerne que certains d'entre eux, comme le candidose, trichomonase, la chlamydia, la 'herpès, la syphilis, la gonorrhée, legionbella, les infections au VPH, l 'SIDA, mais en fait, il y a beaucoup de maladies plus contagieuses principalement par contact sexuel non protégé ou par le sang (comme il arrive à ceux qui utilisent des seringues déjà utilisées pour prendre des médicaments), comme L'hépatite B et C.
L'évolution de ces maladies est variable, cependant, il a tendance à se transformer en une maladie chronique génitale avec des complications, comme l'infertilité ou des infections de la cavité abdominale. Dans certains cas, comme pour la syphilis ou l 'SIDA, si non traitée correctement peut aussi avoir des conséquences fatales. En outre, certaines de ces maladies peuvent être transmises de la mère au fœtus ou par l'allaitement et peut causer des dommages au foetus lui-même.

Comment reconnaître les symptômes d'une maladie vénérienne?

Cela dépend du stade de la maladie, mais, la plupart du temps, ils sont principalement dans une première phase non reconnaissable, tout alors des caractéristiques typiques.
L'exemple classique est le syphilis: Dans une première phase apparaissent élargie des ganglions inguinaux et les ulcères apparaissent sur le pénis ou les grandes lèvres; à un stade ultérieur, mouchetures apparaissent colorés répartis en cuivre, avant de prolonger le système nerveux.
Cela vaut également pour la blennorragie, qui se traduit par des pertes vaginales abondantes chez les femmes et les verrues génitales chez les humains. Que faut-il mettre en état d'alerte sont des signes qui peuvent aussi être aucune garantie d'une maladie sexuellement transmissible en cours. La découverte d'un pénis ou une rougeur des lèvres, ou la présence d'excroissances (la plupart du temps dure au toucher), tant au niveau féminin et masculin, la présence de pertes malodorantes, la nécessité liée d'avoir à uriner fréquemment, accompagnée ou moins par la combustion, sont des symptômes qui devraient nous faire rester alerte.

Malheureusement, Les maladies sexuellement transmissibles Ils sont souvent pas de symptômes évidents. L'exemple le plus frappant est donné par infection par le virus du papillome humain avec (HPV) Ce qu'ils transportent à la fois les hommes et les femmes, mais dont seules les femmes tombent malades. De ce virus, il y a une centaine de"familles", qui sont pour la plupart en danger faible, mais qui, malheureusement, il y a quatre "familles" qui peut conduire à le cancer du col utérin. Il est un virus commun que l'on pense que près de 80% de la population sexuellement active sera infecté. Comme je l'ai dit, seule une faible proportion de femmes infectées va se voie malade plus ou moins graves, alors que pour la majorité des femmes sera votre système immunitaire à gagner.

La meilleure chose à faire?

ont toujours des rapports sexuels non protégés. le HPV, Depuis quelques années, il existe un vaccin qui se révèle efficace, mais la prévention est encore plus sûr aujourd'hui exécuter le test de Pap, qui peut détecter si le virus est présent et, avec les dernières découvertes, aussi identifier le danger de la souche.
On voit également que la propagation de ces maladies est facilitée par le jeune âge de ces relations, la promiscuité de la même, une mauvaise hygiène et à la coexistence avec d'autres conditions qui réduisent nos défenses.



POUR RÉPONDRE AUX QUESTIONS:
Dr. Gianfranco Blaas,
Chirurgien Gynécologue