Les antibiotiques dans le bétail et de la viande

all
Sommaire de l'article

L'ajout d'antibiotiques aux aliments destinés aux animaux d'élevage est naturellement justifiée par la nécessité de lutter contre les maladies spécifiques. Malheureusement, depuis de nombreuses années, cette pratique a été mal utilisé pour accélérer la croissance de la population de l'élevage, puis fin auxinique.

Pour souligner, en outre, que la nécessité d'ajouter des antibiotiques à des fins thérapeutiques ou prophylactiques, il peut être contenu en évitant les conditions de Typique de la surpopulation l'élevage industriel.

des antibiotiques d'alimentation
Ces conditions, en plus de faciliter la transmission des maladies, pèsent lourdement sur l'état de santé, ce qui augmente le niveau de stress qui se traduit par une diminution des défenses immunitaires.

Abus des antibiotiques

Depuis les années 50 du siècle dernier, nous avons vu que certains antibiotiques ont la capacité d'augmenter l'efficacité digestif de l'animal, un impact direct sur la flore intestinale, et en augmentant la part de l'alimentation et de l'eau consommée par le bétail.

Le résultat de cette pratique a été accéléré la croissance, donc un rendement économique plus élevé pour l'agriculteur et un avantage de prix pour le consommateur. Depuis ce temps, l'habitude d'ajouter des antibiotiques pour nourrir de promouvoir la croissance des animaux est répandue comme une traînée de poudre, avec un petit problème: la résistance aux antibiotiques.

La résistance aux antibiotiques

Ce phénomène est dû à des caractéristiques génétiques spécifiques des bactéries, telles que le cycle de vie courte et l'impressionnante proliférative de capacité; comme tous les êtres vivants, même les bactéries sont soumises à des mutations, parfois avec des effets néfastes sur leur survie et l'évolution des espèces, parfois avec des répercussions positives.

Certaines de ces mutations peuvent augmenter la résistance aux antibiotiques, et d'augmenter les chances que la bactérie sopraviva à la drogue; en utilisant excessive et
L'utilisation inappropriée des antibiotiques finissent par la sélection de ces souches de bactéries résistantes, les seuls à survivre à la drogue transmettre la mutation à d'autres bactéries.

Par conséquent, une maladie causée par des bactéries résistantes à un médicament ne peut plus être durcie en utilisant cet antibiotique particulier; il en résulte que le développement d'espèces bactériennes poly-résistantes (donc capables de survivre action bactéricide de la plupart des médicaments) est un problème majeur de santé publique.

Dangers pour l'homme

Un autre problème résultant de l'utilisation excessive d'antibiotiques dans l'alimentation animale est la présence et la persistance des résidus de médicaments dans les aliments dérivés (lait, produits laitiers, les œufs et la viande); les personnes hypersensibles à un antibiotique particulier peuvent aller à l'encontre des réactions allergiques en raison de la présence de résidus de médicaments dans les aliments ingérés, même en quantités infimes.

Cette possibilité est cependant - du point de vue de la santé - maintenant beaucoup moins dangereux et inquiétant que la résistance aux antibiotiques:

de nos jours, les principales préoccupations soulevées par l'utilisation d'antibiotiques dans l'alimentation animale proviennent de la possibilité que cette utilisation, en particulier si elle est effectuée à des doses thérapeutiques sous, aidera à sélectionner des bactéries résistantes aux antibiotiques non pathogènes pour les animaux, mais les agents potentiels épisodes tossinfettivi humains.

La cause la plus fréquente de la résistance aux antibiotiques reste la gestion des médicaments pauvres dans le traitement humain, ce qui provoque, à son tour, des maladies incurables avec des antibiotiques traditionnels. 

réglementaire

L'utilisation aveugle, utilisation abusive ou irrationnelle des antibiotiques dans l'alimentation des animaux a conduit à réglementer et à limiter considérablement l'habitude, ce qui réduit considérablement le nombre de médicaments et leur quantité utilisable applications d'élevage.

En particulier, les contraintes ont été placés dans des concentrations maximales tolérables (LMR = Limites maximales résiduelles), fixé en fonction de la dose journalière admissible (DJA). Ce dernier chiffre - qui représente une estimation de la quantité de médicament assumable par un particulier pour toute la vie, sans significative - risques toxicologiques sont calculées sur des animaux expérimentaux en multipliant par un facteur de sécurité (en général 100 ou 1000), la concentration minimale capable de provoquer un effet toxicologie chez les espèces animales étudiées. DJA et LMR sont évidemment calculés en fonction de la consommation moyenne de diverses denrées alimentaires d'origine animale dans la population.

Il est à noter qu'à partir du 1er Janvier 2006 ne sont plus autorisés à utiliser, comme additifs alimentaires, des antibiotiques (autres que les coccidiostatiques et histomonostatiques) (art. 11 du Reg CE n.1831 / 2003).

À l'heure actuelle, l'utilisation de antibiotiques fins auxiniques a donc été définitivement supprimée et il est illégal.