Amniocentèse: risque d’avortement considérablement réduit

Diminue considérablement l'erreur de risque après l'amniocentèse

L 'amniocentèse, à-dire le liquide amniotique d'échantillonnage chez les femmes enceintes afin de déterminer le risque éventuel de malformations du fœtus, car ils pourraient être les maladies transmises par des chromosomes, nous nous rappelons les plus connus, le le syndrome de Down, est considéré comme une pratique pas tout à fait absent de la méthode rischi.Tale, qui est effectué entre le 16 ème et 18 ème semaine de grossesse, porte encore le risque de fausses couches, selon les statistiques rapportées il y a environ 40 ans avaient un avortement de 200 examens effectués.


Cependant, à la lumière d'un résultat relatif à une étude plus récente, ce risque serait réduit, à savoir, il serait révélé dans une série qui veut que la possibilité d'encourir un avortement est maintenant l'ordre d'un cas 1.600 examens effectués.

La figure émerge après l'observation de 3,096 patients qui ont subi une amniocentèse sur enceintes et 31.907 qui ne sont pas soumis à ce test. Eh bien, le résultat a montré que le pourcentage du risque d'avoir un avortement dans les groupes examinés était similaire sur les deux groupes et même le risque de perdre un enfant par avortement provoqué dall'amniocentesi était la même que celle de fonctionner statistiquement les femmes enceintes en l'absence de tout test de diagnostic.

Source: Obstétrique et de Gynécologie - Novembre 2006